Printed From:

Votre partenaire est atteinte d’un trouble bipolaire et est traitée par valproate. Le trouble bipolaire est une maladie psychiatrique grave.

L’un des risques les plus importants pour les femmes prenant du valproate et s’il est pris pendant la grossesse concerne l’enfant à naitre. Pour cette raison, il est recommandé que toutes les femmes prenant du valproate utilisent une méthode de contraception efficace afin qu’elles ne soient pas enceintes par accident. Le traitement par valproate ne signifie pas que vous ne pouvez pas fonder une famille ni agrandir la vôtre un jour, mais sa grossesse doit être soigneusement planifiée à l’avance : votre partenaire devra consulter son médecin spécialiste qui arrêtera le traitement par le valproate et pourra envisager un autre traitement, le cas échéant, pour son trouble bipolaire mais cela prendra du temps.

En tant que partenaire d’une femme présentant un trouble bipolaire qui prend du valproate, vous pouvez jouer un rôle important pour soutenir votre partenaire, afin de prendre ensemble des décisions pour envisager une grossesse un jour. Pour cette raison, vous devez comprendre ce qu’implique la prise du valproate, notamment en quoi consiste le Programme de Prévention des Grossesses (PPG).

 

Si vous avez des questions ou des inquiétudes, assurez-vous d’en discuter avec votre partenaire afin qu’elle puisse obtenir les bonnes réponses lors de son prochain rendez-vous chez le médecin spécialiste. Votre partenaire devra prendre rendez-vous avec son psychiatre au moins une fois par an. Il est recommandé de préparer la prochaine visite ensemble afin que vous soyez sûr(e) de ne rien oublier pendant la consultation.

En plus de son rendez-vous annuel, votre partenaire devra également prendre un rendez-vous rapidement avec son médecin spécialiste pour parler du traitement de son trouble bipolaire si elle souhaite envisager une grossesse ou en urgence si elle découvre qu’elle est enceinte.

 

Chaque visite chez le médecin permet à votre partenaire de clarifier tout ce qui la préoccupe et de dire au médecin comment elle se sent. Ce n’est qu’en sachant son état de santé que son médecin peut lui recommander le meilleur traitement pour elle.

C’est pourquoi il est si important qu’elle planifie sa prochaine visite chez le médecin spécialiste.

Suggérez à votre partenaire de prendre le temps avant son rendez-vous pour réfléchir à tous les éléments à connaître ou discuter et d’en prendre note. Elle doit prendre les notes avec elle et inscrire les réponses. Cette démarche peut également être utile pour discuter et comprendre le formulaire annuel d’accord de soins, qui fera partie de l’examen annuel de votre partenaire avec son spécialiste et lui permettra de comprendre pourquoi il est si important de ne pas être enceinte pendant la prise de ce médicament.

PLUS D'INFORMATION

VOICI CERTAINES DES QUESTIONS QUI POURRAIENT ÊTRE POSÉES…

Toutes les femmes qui prennent du valproate doivent s’assurer de comprendre les réponses aux questions suivantes. Le rendez-vous avec le médecin permet d’aborder les aspects qui vous inquiètent ou qui ne sont pas clairs.

Quels sont les effets indésirables possibles du valproate ?

Pourquoi la contraception est-elle si importante pendant un traitement par le valproate ?

Que faut-il faire en cas de grossesse pendant un traitement par valproate ?

Que pourrait-il arriver au enfant à naitre si la mère prend du valproate ?

Pourquoi faut-il signer un formulaire pour recevoir ce médicament ?

Que faut-il faire si on envisage une grossesse pendant un traitement par valproate ?

Faudra-t-il arrêter le traitement par valproate si nous avons un projet familial ?

Le valproate va-t-il nous empêcher d’envisager une grossesse un jour ?

EN QUOI CONSISTE LE PROGRAMME DE PRÉVENTION DES GROSSESSES (PPG) ?

Un Programme de Prévention des Grossesses (PPG) contenant un certain nombre de mesures, dont la nécessité d’une contraception efficace et la réalisation de tests de grossesse en cas de traitement par valproate, est mis en place afin d’éviter la survenue de toute grossesse. Pour vous et votre partenaire, l’objectif est de vous assurer que votre médecin vous a informé(e)s des risques liés à la prise du valproate pendant votre grossesse et que vous les comprenez parfaitement.

Le médecin de votre partenaire lui expliquera les mesures mises en place qui comprennent des recommandations et des conditions spécifiques à l’utilisation du valproate chez les femmes en âge de procréer. Parmi ces mesures, votre partenaire devra réaliser un test de grossesse au début du traitement, utiliser un moyen de contraception efficace pour ne pas être enceinte et s’y conformer pendant toute la durée du traitement, consulter son médecin spécialiste une fois par an pour discuter de son traitement, et le consulter en urgence son médecin si elle pense être enceinte ou rapidement si elle souhaite l’être.

Les informations ci-dessous expliquent ce que le Programme de Prévention des Grossesses (PPG) implique pour vous et votre partenaire et vous recommandent de planifier sa prochaine visite chez son médecin. Vous pouvez également consulter le site internet www.choisirsacontraception.fr

MA PARTENAIRE DÉBUTE UN TRAITEMENT PAR VALPROATE

PLUS D'INFORMATION

MA PARTENAIRE DÉBUTE UN TRAITEMENT PAR VALPROATE

  • Le médecin spécialiste vous expliquera à vous et votre partenaire, pourquoi il pense que le valproate est le médicament qu’il lui faut et vous informera sur tous les risques connus :
    • Le médecin ne doit traiter votre partenaire par valproate si elle présente une contre-indication ou une intolérance au lithium.
    • Le médecin ne doit traiter votre partenaire par le valproate que si elle n’est pas enceinte et qu’elle utilise au moins une méthode de contraception efficace.
    • Votre partenaire doit toujours utiliser au moins une méthode de contraception efficace sans interruption tout au long du traitement par valproate et ce, jusqu’à 1 mois après l’arrêt du traitement par le valproate pour éviter une grossesse non planifiée. Pour le choix des méthodes de contraception veuillez lire la rubrique « Contraception pour les filles et femmes en âge d’avoir des enfants » de la brochure destinée aux patientes. Vous pouvez également consulter le site internet www.choisirsacontraception.fr.
    • Le médecin demandera à votre partenaire d’effectuer un test de grossesse plasmatique (sensibilité minimale de 25 mUI/mL) avant de commencer le traitement par valproate puis à intervalles réguliers pendant le traitement (test de grossesse recommandé tous les mois, plasmatique, ou urinaire, d’une sensibilité minimale de 25 mUI/mL).
    • Lors de cette consultation initiale, votre partenaire lira, remplira et signera avec son médecin spécialiste et le cas échéant, également avec son représentant*, un formulaire annuel d’accord de soins qui permet de s’assurer d’une bonne prise de conscience et compréhension des risques associés à l’utilisation du valproate chez les femmes en âge de procréer; ce formulaire contient également des recommandations visant à éviter de débuter une grossesse pendant que votre partenaire prend du valproate.
    • Votre partenaire devra présenter ce formulaire annuel d’accord de soins signé à son pharmacien accompagné de l’ordonnance pour chaque délivrance de valproate.
    • Son traitement devra être réévalué régulièrement par son médecin spécialiste (au moins une fois par an).

VOICI CERTAINES QUESTIONS QUI POURRAIENT ÊTRE POSÉES…

  • Pourquoi faut-il réaliser un test de grossesse avant de commencer le traitement par valproate ?
  • Pourrons-nous avoir un enfant en cas de traitement par valproate ?
  • Si nous souhaitons avoir un enfant, existe-t-il d’autres options de traitement pour le trouble bipolaire qui conviendraient mieux ?
  • Que peut-il arriver en cas de grossesse non planifiée pendant un traitement par valproate ?
  • Quel serait le meilleur moyen de contraception, qui serait fiable et simple pendant un traitement par valproate ?

MA PARTENAIRE EST TRAITÉE PAR VALPROATE ET NOUS ENVISAGEONS UNE GROSSESSE

PLUS D'INFORMATION

MA PARTENAIRE EST TRAITÉE PAR VALPROATE ET NOUS ENVISAGEONS UNE GROSSESSE

  • Si vous et votre partenaire envisagez une grossesse, parlez-en d’abord au médecin spécialiste mais :
    • Votre partenaire doit continuer à prendre le valproate.
    • Votre partenaire doit continuer à utiliser au moins une méthode de contraception efficace tant que vous n’avez pas discuté avec le médecin spécialiste.
    • Il est important que votre partenaire ne débute pas une grossesse tant que vous n’avez pas discuté avec son médecin spécialiste.
      • Vous devez discuter des risques pour la santé de votre enfant en cas de prise de valproate pendant la grossesse.
      • Prévenez le médecin spécialiste du projet de grossesse le plus tôt possible. Il peut avoir besoin de temps pour changer le médicament. Ceci afin de réduire les risques pour votre enfant à naître tout en contrôlant votre maladie.
    • Si votre partenaire pense être enceinte ou si elle débute une grossesse, lisez attentivement la rubrique de ce site web : « Je prends du valproate et je suis enceinte ou je pense être enceinte ».
    • Interrogez son médecin sur la prise d’acide folique. Une supplémentation en acide folique est préconisée pour diminuer le risque d’anomalies de fermeture du tube neural (spina bifida) et de fausse couche précoce inhérent à toute grossesse. Cependant les données disponibles ne montrent pas qu’elle diminue ce risque lors de l’utilisation du valproate.
  • Accord de soins :
    • Lors de la consultation, votre partenaire lira, remplira et signera avec son médecin spécialiste et le cas échéant, également avec son représentant*, un formulaire annuel d’accord de soins qui permet de s’assurer d’une bonne prise de conscience et compréhension des risques associés à l’utilisation du valproate pendant la grossesse
    • Votre partenaire devra présenter ce formulaire annuel d’accord de soins signé à son pharmacien accompagné de l’ordonnance pour chaque délivrance.

VOICI QUELQUES QUESTIONS QUI POURRAIENT ÊTRE POSÉES…

  • Si nous voulons avoir un enfant, combien de temps faut-il prévoir à l’avance afin de changer de traitement du trouble bipolaire  ?
  • Si nous souhaitons avoir un enfant, existe-t-il d’autres options de traitement pour le trouble bipolaire qui conviendraient mieux ?
  • Quels seraient les risques associés au nouveau traitement ?
  • Quels seraient les risques de ne prendre aucun traitement alors que nous essayons d’avoir un enfant ?
  • Est-ce que le trouble bipolaire constitue une menace pour l’enfant à naitre ?
  • Notre enfant est-il susceptible d’être également atteint de trouble bipolaire ?

MA PARTENAIRE EST TRAITÉE PAR VALPROATE ET NOUS N’ENVISAGEONS PAS DE GROSSESSE

PLUS D'INFORMATION

MA PARTENAIRE EST TRAITÉE PAR VALPROATE ET NOUS N’ENVISAGEONS PAS DE GROSSESSE

  • Contraception / Test de grossesse
    • Votre partenaire doit toujours utiliser au moins une méthode de contraception efficace sans interruption tout au long du traitement par valproate pour éviter une grossesse non planifiée.
    • Pour le choix des méthodes de contraception veuillez lire la rubrique « Contraception pour les filles et femmes en âge d’avoir des enfants » de la brochure destinée aux patientes. Vous pouvez également consulter le site internet www.choisirsacontraception.fr
    • Elle peut discuter avec son médecin spécialiste ou généraliste ou son gynécologue/obstétricien ou un professionnel du planning familial pour des conseils sur la méthode de contraception qui lui convient le mieux. Son médecin lui demandera d’effectuer des tests de grossesse réguliers pendant le traitement (test de grossesse recommandé tous les mois, plasmatique, ou urinaire, d’une sensibilité minimale de 25 mUI/mL).
  • Réévaluation régulière du traitement / Accord de soins
    • Le traitement de votre partenaire devra être réévalué régulièrement par son médecin spécialiste (au moins une fois par an).
    • Lors de la consultation annuelle, votre partenaire lira, remplira et signera avec son médecin spécialiste et le cas échéant, également avec son représentant*, un formulaire annuel d’accord de soins qui permet de s’assurer d’une bonne prise de conscience et compréhension des risques associés à l’utilisation du valproate chez les femmes en âge de procréer ; ce formulaire contient également des recommandations visant à éviter à votre partenaire de débuter une grossesse pendant qu’elle prend le valproate.
    • Elle devra présenter ce formulaire annuel d’accord de soins signé à son pharmacien accompagné de l’ordonnance pour chaque délivrance.

VOICI QUELQUES QUESTIONS QUI POURRAIENT ÊTRE POSÉES…

  • Si nous changeons d’avis et que nous voulons avoir un enfant, cela sera-t-il possible ?
  • Quel serait le meilleur moyen de contraception pendant un traitement par le valproate ?
  • Quels sont les autres traitements possibles ?
  • Faut-il envisager un autre moyen de contraception, comme la ligature des trompes ?

MA PARTENAIRE EST TRAITÉE PAR VALPROATE ET EST ENCEINTE OU PENSE L’ÊTRE

PLUS D'INFORMATION

MA PARTENAIRE EST TRAITÉE PAR VALPROATE ET EST ENCEINTE OU PENSE L’ÊTRE

  • Les enfants de mères prenant du valproate pendant la grossesse présentent un risque plus important :
    • de malformations.
    • de troubles du développement et du comportement tels que troubles psychomoteurs, troubles du langage, troubles de l’attention, troubles du spectre de l’autisme et autisme.
  • Cela peut gravement affecter la vie de votre enfant.
  • Consultez en urgence son médecin spécialiste, il arrêtera le valproate, et instaurera ou non un autre traitement.
  • Si elle a été exposée au valproate pendant la grossesse elle sera étroitement surveillée et pourra être orientée vers des spécialistes :
    • Afin de s’assurer que sa maladie est contrôlée.
    • Afin de surveiller le développement de votre enfant à naitre.
    • L’acide folique diminue le risque général de spina bifida et de fausse couche précoce possible au cours de toute grossesse. Néanmoins, les données disponibles ne montrent pas qu’il diminue ce risque lors de l’utilisation de valproate.
    • Après la naissance prévenez le(s) médecin(s) qui suivra(ont) votre enfant que vous avez été traité par valproate pendant votre grossesse
    • Elle ne devra pas allaiter si elle prend ce médicament sauf avis contraire de votre médecin.

VOICI QUELQUES QUESTIONS QUI POURRAIENT ÊTRE POSÉES…

  • Le traitement peut-il être complètement arrêté pour le reste de la grossesse ?
  • Le traitement peut-il être changé pendant la grossesse ?
  • Les autres médicaments peuvent-ils également entrainer un risque pour l’enfant à naitre ?
  • Existe-t-il un moyen de savoir à l’avance si le traitement est susceptible d’entrainer des risques pour l’enfant à naitre ?
  • Est-ce que le trouble bipolaire constitue une menace pour l’enfant à naitre?
  • Notre enfant est-il susceptible d’être également atteint d’un trouble bipolaire ?