Printed From:

L’épilepsie est une maladie chronique grave du système nerveux. De nombreux médicaments existent pour la traiter, dont le valproate.

Posez des questions, échangez des informations et parlez de vos inquiétudes afin de vous aider, vous, votre famille et vos amis, à vivre avec l’épilepsie.

Certains éléments doivent être pris en compte si vous êtes une femme atteinte d’épilepsie et traitée ou que votre médecin a décidé de vous traiter par valproate, ou si un de vos proches l’est. Cliquez ici pour plus d’informations.

CE QUE JE DOIS SAVOIR

Le valproate est indiqué pour traiter l’épilepsie. Le valproate ne doit être pris chez les femmes ou les filles que si les autres médicaments ne sont pas efficaces, car il peut gravement nuire à un enfant à naître lorsqu’il est pris pendant la grossesse. Par conséquent, il est important que vous utilisiez toujours un moyen de contraception efficace lorsque vous prenez du valproate. En outre, vous devez consulter votre médecin spécialiste rapidement si vous envisagez d’avoir un enfant.

Vous ne devez, en aucun cas, arrêter d’utiliser le valproate et le moyen de contraception avant d’avoir consulté votre médecin spécialiste. N’interrompez jamais le traitement par valproate, sauf si votre médecin considère que votre état le nécessite. En effet l’arrêt brutal du valproate pourrait entrainer la réapparition de crises sévères qui pourraient engager le pronostic vital voire SUDEP.

N’oubliez pas de consulter régulièrement votre médecin spécialiste (au moins une fois par an). Si vous ne l’avez pas vu au cours de la dernière année, si vous envisagez une grossesse ou si vous pensez être enceinte, prenez un rendez-vous en urgence avec votre médecin pour parler de l’étape suivante.

Toutes les femmes et les filles qui prennent du valproate doivent comprendre et suivre le Programme de Prévention des Grossesses (PPG) visant à éviter l’exposition fœtale au traitement par valproate.

 

Vous devrez prendre rendez-vous avec votre médecin spécialiste pour réévaluer votre traitement au moins une fois par an.

 

Au cours de votre visite, votre médecin spécialiste et vous-même et/ou votre représentant* discuterez et signerez un formulaire annuel d’accord de soins afin de s’assurer que vous avez bien conscience des risques liés à l’utilisation du valproate pendant la grossesse et que vous les comprenez.

 

Votre médecin vous demandera de réaliser un test de grossesse avant de commencer le valproate et pourra vous demander de répéter ce test pendant votre traitement. Cela afin de s’assurer que vous n’êtes pas enceinte.

 

Utilisez toujours un moyen de contraception efficace lorsque vous prenez du valproate et ce, jusqu’à un mois après l’arrêt du traitement par le valproate. Utilisez un moyen de contraception pendant toute la durée de votre traitement par valproate et ne l’arrêtez à aucun moment sans avis médical. Votre médecin vous recommandera un moyen de contraception efficace. Ainsi, vous éviterez une grossesse non planifiée. Pour plus d’information vous pouvez visiter le site internet www.choisirsacontraception.fr

 

N’arrêtez pas de prendre le valproate à moins que votre médecin spécialiste ne vous le demande.

 

Si vous pensez être enceinte, fixez un rendez-vous urgent avec votre médecin spécialiste.

 

Si vous souhaitez avoir un enfant, consultez votre médecin spécialiste sans tarder afin qu’il puisse vous donner de bons conseils dès le début. N’arrêtez pas d’utiliser votre moyen de contraception ni le valproate tant que vous n’avez pas consulté votre médecin spécialiste.

Prenez rapidement rendez-vous avec votre médecin spécialiste si vous envisagez une grossesse. Si vous êtes atteinte d’épilepsie et que vous envisagez d’avoir un enfant, il faut que vous en parliez avec ce dernier bien à l’avance, afin de planifier votre grossesse. Votre médecin spécialiste discutera de la meilleure approche pour vous et vous aidera à élaborer un plan qui vous convient.

Chez certaines femmes, la fréquence ou la gravité des crises peuvent augmenter pendant la grossesse. Votre médecin spécialiste souhaitera probablement surveiller votre épilepsie et votre traitement étroitement pendant votre grossesse. Cette surveillance permet de vous aider/de vous protéger ainsi que votre enfant à naître.

Consulter la Brochure Patiente pour plus d’informations

right-image

Chez les femmes atteintes d’épilepsie :

rediconLe valproate est contre-indiqué :

  • pendant la grossesse, sauf s’il n’existe pas d’alternative thérapeutique appropriée ;
  • chez les filles et femmes en âge de procréer sauf si :
    • les autres traitements sont inefficaces ou mal tolérés.
    • et toutes les conditions du Programme de Prévention des Grossesses (PPG) chez les patientes traitées par valproate sont remplies.

Si vous pensez être enceinte ou si vous avez débuté une grossesse, lisez immédiatement la rubrique : « Je prends du valproate et je suis enceinte ou je pense être enceinte ». La prise de valproate pendant votre grossesse peut nuire à votre enfant à naître :

rediconLes risques sont plus élevés avec le valproate qu’avec d’autres médicaments indiqués dans le traitement des épilepsies.

rediconLe valproate présente des risques, même à petites doses mais plus la dose est élevée, plus le risque est accru.

La prise de valproate pendant votre grossesse peut nuire à votre enfant de deux façons :

rediconMalformations de l’enfant.

rediconTroubles du développement et du comportement tels que troubles psychomoteurs, troubles du langage, troubles de l’attention, troubles du spectre de l’autisme et autisme.

MALFORMATIONS CONGENITALES

Chez les femmes prenant du valproate pendant la grossesse :

  • Environ 10 bébés sur 100 (10,7%) présentent une malformation.

Chez les femmes issues de la population générale :

  • 2 à 3 bébés sur 100 (2 à 3%) présentent une malformation.

Quels types de malformations peuvent le plus souvent se produire ?

  • Spina bifida : lorsque les os de la colonne vertébrale ne se développent pas correctement.
  • Malformations du visage et du crâne : notamment bec-de-lièvre et fente palatine. Il s’agit d’un espace anormal au niveau de la lèvre supérieure et/ou des os du visage.
  • Malformations des membres, du cœur, des reins, des voies urinaires et des organes génitaux.
  • Des malformations de l’oreille et/ou du nez pouvant entrainer un déficit auditif ou une surdité, qui pourraient être également liés à une toxicité directe du valproate sur la fonction auditive.

TROUBLES DU DEVELOPPEMENT ET DU COMPORTEMENT

La prise de valproate pendant la grossesse peut affecter le développement de votre enfant au cours de sa croissance.

Chez les femmes prenant du valproate pendant la grossesse :
Jusqu’à 30 à 40 enfants sur 100 (30 à 40%) peuvent présenter des troubles du développement.
Les effets à long terme ne sont pas connus.
Les effets suivants sur le développement peuvent être observés :

  • Retard dans l’apprentissage de la marche et de la parole.
  • QI (Quotient Intellectuel) inférieur à celui d’autres enfants du même âge.
  • Difficultés de langage.
  • Troubles de la mémoire.
  • Autisme ou troubles du spectre de l’autisme.
  • Risque accru de développer un trouble du déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH).

Les enfants exposés in utero au valproate ont un risque accru de présenter des troubles du développement.

Des données limitées suggèrent que les enfants exposés in utero au valproate sont plus susceptibles de développer des symptômes du trouble du déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH).

Consulter la Brochure Patiente pour plus d’information